Comité départemental de cyclotourisme d'Indre-et-Loire
Comité départemental de cyclotourisme  d'Indre-et-Loire                      

Un Tour de France à la mode tourangelle  2012

 

Licencié à la FFCT depuis 1982, François Tartarin a réalisé en 2012 le rêve de nombreux cyclotouristes : effectuer le Tour de France de l’US Métro, en trente jours, près de 5.000 kilomètres en « frôlant » les frontières de l’Hexagone.

Corsant l’aventure, il a choisi de rouler en autonomie… Il nous a semblé intéressant de l’interviewer.

Comment nait un tel projet ? Combien de temps a-t-il mis à mûrir ?

Depuis 1987, j’avais le bulletin d’inscription en ma possession ! En activité, J’envisageais de l’accomplir sur deux ou trois années. Finalement j’ai attendu d’être à la retraite pour l’effectuer en trente jours et en autonomie. Je ne prévoyais pas forcément de le faire en solo mais les candidats sont rares.

 

Quelles étaient tes motivations ? 

L’envie de revoir certains paysages, d’en découvrir de nouveaux, de revisiter des images du Tour de France gravées dans la tête depuis l’enfance. L’envie aussi de réaliser une randonnée sortant de l’ordinaire.

Comment t’es-tu préparé ?

Je m’étais promis d’avoir 4.500 à 5.000 kilomètres dans les jambes au départ. Les deux mois précédents, j’ai effectué chaque semaine une sortie de 180 à 200 kilomètres, tout en veillant à conserver l’envie. Il fallait éviter l’overdose.

 

Quel vélo? Quelles distances quotidiennes?

Une randonneuse, avec quatre sacoches dont deux latérales avant. L’ensemble pesait 25 kilos (11 pour le vélo). J’ai parcouru en moyenne 170 kilomètres par jour. L’étape la plus longue a fait 225 kilomètres et la plus courte (Briançon-Jausiers) 96. J’ai fait ce jour-là moins de 13 kilomètres/heure de moyenne ! Initialement, j’aurais préféré deux demi-journées de repos, mais j’ai tiré un trait dessus. J’ai pédalé 29 jours, environ 10 heures de selle par jour.

 

Des craintes ?

Je redoutais « d’avoir les yeux plus gros que le ventre ». J’ai eu la chance de ne rencontrer aucun gros problème physique, juste une crainte de tendinite soignée à la pommade pendant huit jours. Elle s’est fait oublier à la sortie des Alpes. Je n’ai rencontré aucun problème mécanique, aucune crevaison.

 

Tes plus mauvais souvenirs ?

Pas de mauvais souvenir, quelques contrariétés seulement. Une perte de temps importante lors de la traversée de Marseille, atténuée par la découverte de l’Estaque, quartier populaire porté à l’écran par Robert Guédiguian. Une pluie fréquente, les quinze premiers jours, une fois de 8 h à 20 h...

 

Les moments les plus agréables ?

Les brèves rencontres quotidiennes : dans les cafés, sur la route… La demi-douzaine de rencontres d’amis, certaines planifiées, d’autres pas… La dernière demi-journée, où « je planais » !

 

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui veut se lancer dans un tel périple ?

Faire comme il a envie : en trente ou soixante jours, avec des étapes de 180 ou 120 kilomètres, mais à son allure. S’équiper d’un matériel adapté. Pour en profiter davantage, pourquoi ne pas en faire deux? Le premier en trente jours et le deuxième en cinquante, en cherchant les BPF…

 

Propos recueillis par Christian RAINEAU

 

Lettre info numéro 38 - Février 2013

La vie des clubs

 Dernières modifications du site 

30 juillet au 6 août 2017

9 et 10 septembre 2017

Tour d'Indre-et-Loire 

15 et 15 octobre 2017

Cyclo 37

Consultez votre revue  2017

Commission féminine

Annie Proust en voyage en Asie du sud-est.

 

 

Suivre son périple

 

 

Lettre info

Consultez la dernière lettre info.

Vous souhaitez recevoir la Lettre Info. C'est très simple. 

Utilisez notre formulaire de Lettre Info pour obtenir d'avantages d'informations.

Nous vous attendons avec impatience.Article NR

Pour nous trouver

Comité départemental de cyclotourisme

Maison des sports de Touraine

Rue de l'Aviation

BP 100

37210 Parçay-Meslay

 

Formulaire de contact

...

Code de la route

...